Qui est Mounir Mahjoubi ?

Mounir Mahjoubi naît à Paris le 1er mars 1984 dans le 12èmearrondissement de Paris. Arrivés du Maroc en 1974, ses parents sont peintre en bâtiment et femme de ménage.

Diplômé d’une maîtrise de Droit des affaires et Droit fiscal à la Sorbonne, et d’un Master en Finance et Stratégie à Sciences-Po Paris, Mounir n’attend pas la fin de ses études pour s’adonner à ses deux grandes passions, la politique et le numérique. Il n’a que 16 ans lorsqu’il commence à travailler comme technicien au centre d’appel de Club internet où il représentera les salariés en tant que Délégué syndical CFDT dès sa majorité.

Il rejoint alors le Parti Socialiste où il s’investit notamment dans la campagne présidentielle de Ségolène Royale en 2007, à travers le mouvement « Ségosphère » dont il est l’un des créateurs, puis dans celle de François Hollande en 2012. En parallèle de son engagement politique, il (co-)fonde plusieurs start-ups dans les domaines du numérique et de l’innovation, notamment Mounir et Simon en 2009, La Ruche qui dit Oui! en 2010, LeBridge en 2011, et French Bureau en 2016. Fort de son expérience d’entrepreneur, il devient Directeur Général Adjoint de BETC Digital en 2014. Le 10 février 2016, il est nommé par François Hollande président du Conseil National du Numérique (CNNum), dont les chantiers prioritaires seront la transformation numérique des PME, l’éducation au numérique, et l’inclusion des oubliés du numérique

En janvier 2017, il rejoint « En marche ! » pour prendre en charge la campagne numérique d’Emmanuel Macron. Quelques semaines plus tard, il est investi en tant que candidat par La République en marche dans le 19ème arrondissement pour les élections législatives. Il remporte l’élection devant le premier secrétaire du Parti socialiste d’alors, Jean-Christophe Cambadélis.

Nommé secrétaire d’État au numérique, Mounir Mahjoubi fonde son action sur l’idée d’un numérique « au service des humains et de la planète ». Il défend des thèmes forts comme la souveraineté numérique (cyber-sécurité, protection de la vie privée, taxation des GAFA), l’inclusion numérique (Grande École du Numérique, le Pass numérique), et l’éthique des usages (lutte contre les contenus haineux, anonymat sur internet). En janvier 2019, le secrétaire d’État lance le Next40, un CAC40 de la FrenchTech, pour promouvoir « 40 start-ups françaises capables de changer le monde et d’améliorer la vie ».

Très à l’écoute des réseaux sociaux, Mounir comprend rapidement les revendications du mouvement des « gilets jaunes » et souligne, dès le 1er janvier 2019, la nécessité d’un dialogue constructif et d’une réponse politique ambitieuse, « à la hauteur des Français » (Tribune dans Le Monde, 1er janvier 2019). Il est aujourd’hui pleinement investi dans l’atterrissage du Grand Débat National lancé le 15 janvier 2019 à l’initiative du Président de la République, Emmanuel Macron. 

Le 6 mars 2019, Mounir annonce sa candidature à l’investiture de La République en marche pour les élections municipales de 2020 à Paris. Amoureux de Paris, il veut redonner à « la plus belle ville du monde » ce qui a longtemps fait sa particularité : « donner sa chance à tous ». Mû d’une volonté forte pour cette ville qui lui a tant apporté, Mounir entend proposer un projet innovant et rassembleur, « qui parle au cœur et à la raison ». 

Mounir Mahjoubi est pacsé à Mickaël Jozefowicz, 31 ans, expert en financement des projets liés aux énergies renouvelables. Ils vivent ensemble dans le 19ème arrondissement de Paris. 

Un itinéraire parisien

Les parents de Mounir Mahjoubi ont quitté le Maroc à la fin des années soixante-dix pour venir s’installer à Paris. Fils d’un peintre en bâtiment et d’une femme de ménage, Mounir Mahjoubi est issu d’un milieu modeste et a passé son enfance dans le 12èmearrondissement. C’est à Paris qu’il découvre l’informatique et Internet, qu’il fait ses études de droit, qu’il s’engage en politique, qu’il crée plusieurs entreprises. C’est parce que Paris lui a donné sa chance qu’il souhaite aujourd’hui que Paris puisse continuer à donner sa chance à tous.

Un entrepreneur du numérique

Mounir Mahjoubi développe son premier projet alors qu’il est encore étudiant. Si Fairsense (start-up de vente de stickers décoratifs sur Internet) est un échec retentissant, cette expérience permet néanmoins à Mounir Mahjoubi de développer une passion pour l’entrepreneuriat. Il participe à la création de la Ségosphère en 2006, de La Ruche qui dit Oui! en 2010 ou encore de French Bureau en 2016. Mounir Mahjoubi sera donc un maire-entrepreneur, capable de porter un projet innovant pour Paris, de mobiliser les énergies, de rassembler les intérêts et de lever les fonds nécessaires à la réalisation d’ambitions capitales.

Un citoyen engagé

De ses premiers engagements syndicaux (élu et permanent à la CFDT Paris pendant 10 ans) à ses fonctions de Secrétaire d’état au numérique, le moteur de l’engagement de Mounir Mahjoubi a toujours été de redonner une voix à ceux qui en étaient privés, de permettre à chacun de choisir sa vie. Au cours de son parcours de citoyen engagé, Mounir Mahjoubi a acquis la certitude que la démocratie participative et l’écoute inconditionnelle étaient des leviers indispensables à la réconciliation des citoyens avec le bien commun. Au-delà des clivages partisans, Mounir Mahjoubi s’appuiera donc sur cette méthode pour faire en sorte que Paris donne sa chance à tous.